Qui sommes-nous ?

La Coalition pour la réforme électorale maintenant ! a été formée à l’été 2019 pour appuyer la mise en place d’un nouveau mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales, pour les élections générales de 2022 au Québec. Elle rassemble des organisations issues de tous les secteurs de la société civile : organisations syndicales, groupes de femmes, associations étudiantes, groupes de la diversité, groupes communautaires, associations d’aînés, groupes jeunesse, groupes environnementaux, associations d’élus municipaux, collectifs citoyens… La coalition rallie sans cesse de nouveaux groupes qui répondent à l’appel et adhèrent à sa déclaration de principes.

 

Déclaration de principes :

Le système électoral au Québec est de plus en plus fortement et justement décrié. En vigueur depuis 1792, il ne reflète pas le pluralisme politique propre aux démocraties modernes. Il crée de fausses majorités, nourrit le cynisme à l’égard de la politique et ne tient pas compte d’un grand nombre de votes exprimés à chaque élection.

Une fois de plus, lors du scrutin de 2018, plus de 2,2 millions de votes, soit 55% du suffrage, n’ont servi à élire personne. La CAQ, qui a recueilli 37% des voix, dispose d’une majorité de près de 60% des députés. Ce parti peut donc gouverner comme bon lui semble même si la majorité de la population n’a voté ni pour lui, ni pour son programme politique.

Ce système n’a pas de bon sens et doit être changé. La CAQ, le PQ, QS et le Parti vert s’y sont engagés en signant une entente transpartisane en mai 2018. La population continue de réclamer ce changement significatif, puisque 70% des Québécoises et Québécois tiennent à ce que le gouvernement de la CAQ respecte son engagement, comme le révèle un sondage Léger Marketing réalisé en mai dernier, soit un an plus tard. Aussi, 83 % des gens souhaite que leur vote compte dans le résultat final de l’élection même si le candidat du parti pour lequel ils ont voté ne gagne pas dans leur circonscription.

Le Québec a besoin d’un mode de scrutin plus proportionnel qui respecte les volontés des électrices et des électeurs, qui donne des résultats plus justes et qui nous permet d’élire un parlement qui reflète les préférences de toutes et tous. Bref un système électoral qui fonctionne et où chaque voix compte.

Cela fait plus de 40 ans que nous parlons de réforme électorale au Québec. Les débats, les consultations et les analyses ont été faits de manière rigoureuse et approfondie. Les propositions sont étudiées et appuyées d’arguments solides. Il est temps de passer de la parole aux actes.

 

 

 

Position commune :

Nous considérons que le gouvernement a la légitimité et les moyens d’agir pour déposer un projet de loi avant le 1er octobre 2019 afin d’instaurer le mode de scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales au Québec, de l’adopter et de le mettre en œuvre dès les élections générales de 2022, tel que promis.

Plus précisément, les objectifs de la coalition sont :

  1. Promouvoir un vaste mouvement populaire en faveur de la réforme électorale partout au Québec ;
  2. Informer et sensibiliser largement la population aux enjeux de la réforme électorale ;
  3. Amener le gouvernement à tenir ses promesses ;
  4. Moderniser la démocratie au Québec en s'assurant de la tenue d’élections au scrutin proportionnel mixte compensatoire avec listes régionales dès 2022.
 

 

 

L’ignorance et la peur sont de bien mauvaises conseillères et confinent souvent à l’immobilisme, quand ce ne sont pas des intérêts individuels étroits qui font perdre de vue le bien commun. La réforme électorale n’est pas un problème technique ou un enjeu mécanique, c’est une solution porteuse face au cynisme ambiant et au désengagement politique. Elle a le potentiel de faire grandir notre démocratie et, par la pratique, de changer positivement notre culture politique pour nous réapproprier le pouvoir citoyen.

 

Organisations, à ce jour, de la Coalition pour la réforme électorale maintenant! :

  • Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS),
  • AmiEs de la Terre Québec,
  • Association coopérative d'économie familiale des Basses-Laurentides (ACEF),
  • Association des Étudiantes et des Étudiants en Histoire de l'Université Laval (AÉÉH),
  • Association des Étudiantes et Étudiants de Laval inscrits aux études supérieures (AELIÉS),
  • Association des étudiantes et étudiants en droit de l'Université de Montréal (AED-inc.),
  • Association des Étudiants en Sciences et Génie de l'Université Laval (AESGUL),
  • Association des étudiants et étudiantes en Sciences sociales de l’Université Laval (AÉSS),
  • Association des juristes progressistes (AJP),
  • Association de personnes retraitées de la FAE (APRFAE),
  • Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics (AREQ-CSQ),
  • Association générale étudiante de droit (AGED),
  • Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF),
  • CDC Centre-de-la-Mauricie,
  • Cégep de Saint-Laurent,
  • Centrale des syndicats démocratiques (CSD),
  • Centrale des syndicats du Québec (CSQ),
  • Centre de femmes l'Essentielle,
  • Centre des femmes l'Héritage,
  • Centre de formation Marie Gérin-Lajoie,
  • Centre des femmes de Rivière-des-Prairies,
  • Centre des Femmes du Haut-Saint-François, La Passerelle,
  • Centre-Femmes La Jardilec,
  • Centre justice et foi,
  • Centre ressources pour femmes de Beauport,
  • Citoyenneté Jeunesse,
  • Collectif pour un Québec sans pauvreté,
  • ConcertAction Femmes Estrie (CAFE),
  • Confédération des associations d'étudiants et étudiantes de l'Université de Laval (CADEUL),
  • Confédération des syndicats nationaux (CSN),
  • Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN),
  • Fédération autonome de l'enseignement (FAE),
  • Fédération de la Santé et des Services Sociaux (FSSS),
  • Fédération des associations étudiantes du campus de l'Université de Montréal (FAÉCUM),
  • Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ),
  • Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ),
  • Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ),
  • Fédération nationale des enseignantes et enseignants du Québec (FNEEQ),
  • Fondation Béati,
  • Fondation David Suzuki,
  • Forum jeunesse de l'île de Montréal (FJÎM),
  • Greenpeace Canada,
  • Groupe Femmes, Politique et Démocratie (GFPD),
  • Illusion-Emploi de l'Estrie,
  • L'R des centres de femmes du Québec,
  • La Collective des femmes de Nicolet et région,
  • La Maison d'hébergement L'Égide,
  • La Planète s'invite au Parlement (LPSP),
  • Le Pacte pour la transition,
  • La Rencontre de Ste-Marguerite,
  • Maison d'Haïti,
  • Maison des femmes des Bois-Francs,
  • Nouveaux Cahiers du socialisme (NCS),
  • Observatoire québécois de la démocratie,
  • Regroupement des Femmes de la Côte-de-Gaspé,
  • Regroupement des organismes communautaires des Laurentides (ROCL),
  • Regroupement québécois des centres d'aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (RQCALACS),
  • Réseau des tables régionales de groupes de femmes du Québec,
  • Réseau québécois de l'action communautaire autonome (RQ-ACA),
  • Solidarité populaire Estrie,
  • Solution Étudiante Nationale pour un Scrutin Équitable (SENSÉ),
  • Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ),
  • Syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université du Québec à Rimouski (SCCCUQAR),
  • Syndicat des professionnelles et des professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), 
  • Syndicat du personnel enseignant du Collège Ahuntsic (SPECA),
  • Table de concertation de Laval en condition féminine (TCLCF),
  • Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie (TCMFM),
  • Table de concertation sur le racisme systémique (TCRS),
  • Table nationale des corporations de développement communautaire (TN-CDC),
  • Table régionale des organismes communautaires autonomes de Lanaudière (TROCL),
  • Table ronde des organismes volontaires d'éducation populaire de l'Estrie,
  • Table ronde des organismes volontaires d'éducation populaire de l'Estrie (TROVEPE) et
  • l'Union étudiante du Québec (UEQ).

 

 

En favorisant le pluralisme politique et en changeant notre usage du pouvoir, nous pouvons dès à présent écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de la démocratie au Québec.

 

La réforme électorale, c’est maintenant !

 

Signez la déclaration et rejoignez la Coalition en remplissant le formulaire ci-dessous. Nous utiliserons les informations relatives à votre organisation (ainsi que votre logo le cas échéant) dans nos communications pour rendre visible la force de notre mobilisation !